Réussir sa reconversion professionnelle

seo-hero.jpg

De plus en plus d’individus sont confrontés à un moment de leur existence au constat souvent amer de ne pas être épanouis au travail. Si ce questionnement et ce mal-être ne sont parfois que passagers, bien souvent, ils sont les indicateurs qu’une reconversion professionnelle s’impose.

Notre monde fourmille d’individus en quête de sens. De plus en plus de burn-out, de syndromes dépressifs ou d’épuisement sont recensés chaque année.

Quête du bonheur à tous les niveaux, mal de société dû à une évolution trop rapide, possibilités de métier plus larges et opportunités multiples ou prise de conscience sur le sens réel de notre vie ?
Le questionnement existentiel, notamment en matière de vie professionnelle, prend probablement naissance dans un mix de tout cela.

S’il fait de plus en plus souvent la Une de nombreux magasines et reportages, le sentiment de ne pas être à sa place dans son poste n’est toutefois pas une catastrophe. A condition d’être entendu et pris en considération, sous peine de le voir se transformer en mal-être général, voire mener à des situations d’extrême souffrance.

Mais alors… Que faire lorsque l’on a cette désagréable impression de tourner en rond dans son activité ? Vers quel autre métier s’orienter et comment s’y prendre ? Quelle reconversion professionnelle engager ?

Quand et pourquoi changer de métier ?

Un nouveau souffle est toujours bénéfique, car il dénote une véritable prise de conscience et intervient généralement après une réelle introspection au travers de laquelle l’individu se ré(aligne) avec lui-même et trouve enfin l’équilibre qu’il cherchait.

Les signes qui montrent qu’il est temps de changer de métier

Outre le questionnement intérieur quasi incessant sur le sens que l’on ne parvient plus guère à trouver à sa mission, il est quelques indices qui indiquent qu’il est temps de changer de job. Parmi ces marqueurs, on peut citer notamment :

  •   le manque d’entrain à l’idée d’aller travailler, avec parfois des difficultés à se lever, une angoisse qui monte le dimanche soir, etc. Autant de petits signes qui dénotent une diminution de l’envie d’aller au bureau et qui, s’ils ne sont pas pris en compte, peuvent mener à une démotivation générale.
  •   la perte de motivation, voire de sens : le travail confié semble perdre son intérêt et se fait de plus en plus de manière robotique, presque à reculons, avec un désintérêt de plus en plus flagrant.
  •   un stress quotidien qui peut parfois aller jusqu’au burn-out : aller travailler avec la peur au ventre, appréhender les objectifs et les missions, craindre une mauvaise notation, une réflexion désobligeante de la part d’un collègue… Le stress professionnel n’est pas sans conséquences et répercussions sur le cercle privé.
  •   la fatigue , l’irritabilité : symptômes visibles d’un blocage interne, d’une lassitude flagrante et d’une sensation d’impasse.
  •   un ennui profond dans sa fonction : les missions réalisées jusque lors avec enthousiasme et motivation semblent désormais ternes et inintéressantes.
  •   le besoin non comblé de reconnaissance, qui à terme, peut conduire à un manque de confiance en soi et un repli sur soi-même, voire même une incapacité à travailler, quelle que soit la tâche demandée.

Il est donc important de ne pas attendre de toucher le fond pour envisager une reconversion et rebondir, car une fois tout en bas, il sera parfois impossible de prendre le moindre recul. Avec toutes les conséquences désastreuses que cela peut avoir !Mais aussi pour de nouvelles aspirations professionnelles, moteurs de changement des cadres

  •  La mode est à la création d’entreprise, et le cadre est facilement tenté… D’autant plus qu’il dispose des compétences à cet effet, acquises à l’occasion de son expérience de manager. Exercer ses compétences pour son propre compte, le modèle est attractif…
  •  Le millénial vise un métier qui lui tient à cœur . Parfois son haut niveau de rémunération ne parvient pas à le satisfaire pleinement, le cadre veut se réaliser dans un projet professionnel à plus forte valeur ajoutée. L’essor des métiers manuels accroît cette propension des cadres à effectuer une reconversion professionnelle : lassés par leur travail de bureau, ils veulent faire l’expérience d’un métier concret.
  •  L’avènement des nouvelles technologies fait émerger de nouveaux métiers . Développeur, Community manager, blogueur… le cadre est tenté d’appliquer ses compétences de manière innovante. Changer de branche lui permet de se réinventer. A noter : la prévalence du bien-être également fait la part belle à certains métiers moins en vogue auparavant. Naturopathe, professeur de yoga, service à la personne… des voies dans l’ère du temps à envisager .

Et enfin pour un nouveau projet de vie

Par exemple :

  •  quitter Paris devient un enjeu central et urgent pour beaucoup, et la reconversion professionnelle devient alors indispensable. Pour une meilleure qualité de vie, un appartement plus grand et moins de temps perdu dans les transports, le Parisien quitte la capitale ou sa banlieue pour s’installer en région. Mais les postes à responsabilités sont plus rares en province. C’est dans ce contexte que les cadres se réinventent pour réorienter leur carrière vers un métier qui recrute en région.

Se reconvertir oui, mais comment faire ?

Lorsqu’une majorité de signaux virent au rouge, il faut agir rapidement afin de ne pas se laisser sombrer. Après avoir pris conscience qu’un changement était nécessaire – voire impératif, vient alors le temps de l’action. Avec, en premier lieu, un petit tour de soi-même (qui peut être accompagné grâce au soutien d’un coach, par exemple) afin de prendre le bon chemin en mettant au préalable tout à plat.

Partir à la découverte de soi

Partir en introspection, c’est accepter de lâcher prise et regarder de nouveaux horizons, sortir de sa zone de confort. C’est faire le bilan sur qui l’on est, ce que l’on recherche, les compétences que l’on détient et sur ce qui fait sens pour nous. C’est aussi et surtout écouter cette petite voix intérieure qui nous souffle notre chemin depuis quelque temps, mais que l’on refusait d’écouter pleinement jusque lors.

Il est possible de commencer ce travail vers soi à l’aide du  SWOT personnel : les termes  “forces” et “faiblesses” désignant ici l’analyse sur soi ; “opportunités” et “menaces”, la vision externe (le marché de l’emploi, sa situation au sein de son entreprise..) en somme, sa carrière.

Toutefois, il est préférable d’approfondir en se faisant accompagner pour cette prise de conscience et ce réalignement avec soi-même, par :

  •  un bilan de compétence: complet, il va permettre d’avoir un nouveau regard sur soi-même et ouvrir de nouveaux horizons auxquels on n’aurait pas spontanément pensé ou que l’on s’interdisait. Il permet une verbalisation de nos bagages, et donc une reconnaissance par autrui de ces compétences qu’il faudra éventuellement parfaire ou faire valider par une VAE, par exemple.
  •  un coach : il va permettre un décalage dans sa propre vision de soi et accompagner le coaché dans son cheminement vers lui-même à travers différents outils. Le champ des possibles s’ouvre alors en grand. Certains coachés se découvrent de véritables talents dans tel ou tel domaine et parlent de véritable renaissance !
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
No comment yet! You will be the first to comment.

Add Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous aimerions avoir de vos nouvelles

Contactez-nous

Intelligence Afrique, le plus grand incubateur de l’Afrique. 

Nous sommes à

Envoyez-nous un message

RECEVEZ GRATUITEMENT: L'ENTREPRENARIAT ET L'INVESTISSEMENT UNE LIBERTÉ POUR L'AFRIQUE